Plateforme d’informations et de conseils, ouverte au grand public

ayant pour objectifs de promouvoir "le bien vieillir", prévenir la fragilité et la perte d'autonomie sur le territoire Sarthois

NUTRITION



Bien manger

Cinq points essentiels :
  • Adopter une alimentation adaptée et équilibrée permet de rester en bonne santé
  • Maintenir une activité physique régulière
  • Veiller à une bonne hydratation
  • Avoir une bonne hygiène bucco-dentaire (voir son dentiste 1 fois par an)
  • Surveiller régulièrement votre poids (idéalement 1 fois par mois)

L’objectif à partir d’un certain âge (environ 70 ans) est de ne plus perdre de poids, mais de le stabiliser. La perte de poids induit d’abord une fonte  musculaire avant uneperte de graisse.
Les régimes stricts sont donc à éviter au maximum (sauf  demande de votre médecin traitant ou cardiologue). Si vous souhaitez optimiser votre masse musculaire, préférez adopter une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.
 
Retrouvez des conseils simples sur le mémo nutrition du Programme National Nutrition Santé (cliquer sur le lien).
Pour des informations plus précises, et répondre à toutes vos questions, n’hésitez pas à consulter le guide nutrition à partir de 55 ans du Programme National Nutrition Santé.
Pour les aidants de personnes âgées, un guide spécifique a été réalisé par le PNNS.




Agir sur la perte d’appétit et de poids

Six points essentiels :
  • Manger ce que vous appréciez
  • Fractionner si besoin vos repas  (ajouter des collations à 10h et 16h…)
  • Garder une activité physique régulière
  • Veiller à une bonne hydratation
  • Avoir une bonne hygiène bucco-dentaire (voir son dentiste 1 fois par an)
  • Surveiller votre poids (idéalement 1 fois par mois)

En cas de perte de poids

Si vous avez perdu du poids de façon involontaire, essayez de stabiliser votre poids, voire de reprendre les kilos perdus, en enrichissant votre alimentation.

Pour enrichir votre alimentation, il suffit d’optimiser les apports alimentaires.
Pour cela, vous pouvez enrichir : potages, bouillons, gratins, légumes cuits, quiches, laitage, crème, riz au lait, compote, purée ou mousse de fruits, clafoutis, et toutes les boissons type café, thé, jus de fruits, …
Pour enrichir ces aliments, il faut ajouter et associer des ingrédients riches en énergie et d’autres riches en protéines.
  • Les ingrédients riches en énergie : crème fraiche, beurre, huile, margarine, jaune d’œuf, poudre d’amande ou de noisette, biscuits, germe de blé, miel, confiture…
  • Les ingrédients riches en protéines : blanc d’œuf, jambon mixé, viande blanche mixée, gruyère râpé, parmesan râpé, crème de gruyère (type « Vache qui rit » ou « Kiri »), lait en poudre, lait concentré…
Pour exemple, sur un plat de pâtes, n’hésitez pas à ajouter une noisette de beurre, du fromage râpé et/ou du jambon râpé…
Vous pourrez trouver des idées de recettes à la page 58 et 62 du guide nutrition pour les aidants réalisé par le PNNS.

Si vous avez une pathologie rénale (ex : insuffisance rénale) ou si vous souhaitez des conseils adaptés, n’hésitez pas à solliciter l’avis d’une diététicienne.
Vous pouvez bénéficier d’un avis auprès d’une diététicienne de l’Equipe d’Appui en Adaptation et Réadaptation (EAAR). Pour trouver l’EAAR le plus proche de chez vous, cliquer ici.


Dépister une éventuelle dénutrition

La dénutrition est présente lorsque la personne présente au moins 1 des critères suivants :
- Une perte de poids rapide (plus de 5% en 1 mois ou plus de 10% en 6 mois)
- Son indice de masse corporel (IMC) est inférieur ou égal à 21. Pour calculer l’IMC, cliquer ici.
- La prise de sang montre une albuminémie inférieure à 35 g/l (sur prescription médicale)

La présence d’une dénutrition peut induire une sensation de fatigue, une augmentation du risque de chute et de fractures, des infections plus fréquentes, des difficultés de cicatrisation…

En cas de dénutrition, il convient d’enrichir votre alimentation avec des ingrédients riches en énergie et en protéines (cf rubrique « perte de poids » ci-dessus)
Par ailleurs, votre médecin pourra vous prescrire des compléments nutritionnels oraux (différents des compléments alimentaires), remboursés, à prendre en pharmacie. Il s’agit de produits prêts à l’emploi, hyperprotéinés et hypercaloriques. Certains sont adaptés aux diabétiques, d’autres sont sans lactose. Ils existent sous différentes formes (boissons lactées, crèmes dessert, potages, jus de fruits, compotes, plats préparés, biscuits, céréales) et différents goûts. N’hésitez pas à demander à votre pharmacien de tester différents parfums ou différentes textures. De plus, le goût diffère selon les marques, donc n’hésitez pas à changer.
Certains compléments nutritionnels oraux ont un goût « neutre » (sous forme de boisson ou poudre). Vous pourrez donc les ajouter directement dans vos préparations (café, thé, béchamel, potage…).

Si vous avez une pathologie rénale (ex : insuffisance rénale) ou si vous souhaitez des conseils adaptés, n’hésitez pas à solliciter l’avis d’une diététicienne.
Vous pouvez bénéficier d’un avis auprès d’une diététicienne de l’Equipe d’Appui en Adaptation et Réadaptation (EAAR). Pour trouver l’EAAR le plus proche de chez vous, cliquer ici.
En cas de dénutrition, une surveillance mensuelle de l’albuminémie (par prise de sang) pourra être proposée par votre médecin traitant.


CAS PARTICULIERS
  • En cas d’escarre :
Votre médecin traitant pourra vous proposer des compléments nutritionnels oraux spécifiques.

  • En cas de troubles de déglutition, de difficultés pour mâcher, ou de fausses routes :
N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant qui pourra décider d’un bilan orthophonique.
Selon le bilan orthophonique et les conseils de votre médecin, il pourra vous être proposé d’adapter la texture des aliments (hachés voire mixés), d’utiliser de l’eau gélifiée et/ou de la poudre épaississante.

  • Si la personne est en difficulté dans la réalisation de ses repas :
- Vous pouvez opter pour le portage de repas. Retrouvez l’organisme le plus proche de chez vous ici.
- Si la personne n’est pas en capacité de réchauffer les plats aux heures de repas, ou si elle refuse le portage de repas, préférez solliciter les services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD). Pour retrouver la liste des SAAD, cliquer ici.